Lorsqu’on crée, qu’on soit créatrice ou artiste ou juste novice créative (même si je pense que la créativité s’exprime en nous depuis l’enfance), il est difficile d’écouter sa créativité et de ne pas se laisser submerger par les obligations ou ce qu’on pense être des obligations. 

Dans notre flow créatif, (rappel : ce qui nous permet de créer de manière fluide), il y a de nombreuses embûches que l’on peut se créer et dériver petit à petit de l’essence de sa créativité aka ce qu’on avait vraiment envie de créer, de développer et de voir grandir. Je croise de nombreuses femmes qui papillonnent avec leur création sans jamais se poser dans une quête perpétuelle de recherche de la création parfaite qui pourrait les assouvir et les laisser en paix.

Mais alors comment faire pour écouter sa créativité ?

Ce que je pense qu’on attend de moi

Je trouve difficile d’être entrepreneuse, de baser mon business sur la créativité (et le développement personnel) et je suis certaine que je ne suis pas la seule dans ce cas. En plus de la casquette de créatrice de contenus, de gestionnaire de média sociaux, de copywriteuse, de comptable, j’ai aussi la casquette de je crée dans mon art journal.

Avant “Explorations créatives” et les “Exploratrices des paillettes“, j’ai enregistré des podcasts de bien-être pendant 4 ans avec “Creative Lifestyle”, et avant ça j’ai tenu un blog/plateforme de partage avec “L’effet créa”. Je crée et je partage ce que je crée via du contenu gratuit (en parti maintenant).

J’ai longtemps créé en asynchrone, pas ce que j’avais envie, mais ce que je pensais qu’on attendait de moi. Et tout ceci gratuitement, par amour du partage, par amour de la créativité, puis un jour je me suis rendue compte que je marchais sur la tête : on était au mois de Juillet et je cherchais de quoi créer et écrire une série d’articles sur Halloween. Je n’éprouvais plus de plaisir à créer, je faisais ce que je pensais qu’on attendait de moi. Depuis, j’ai pris du recul, j’ai fait un break, j’ai appris beaucoup de choses sur moi.

Pourquoi écouter sa créativité

La créativité est l’expression de l’intime, du personnel, du non-dit. En comprenant que je reproduisais un schéma sans arrêt : celui de la bonne élève, de la petite fille modèle, je me suis rendue compte que j’étais détachée de ma créativité. Ma créativité s’était attachée au regard des autres, aux attentes, aux chiffres.

Ecouter sa créativité, c’est s’écouter soi.

Sophie Roux

Ecouter sa créativité, c’est s’écouter soi. C’est être profondément connectée avec soi-même. Le choix des couleurs prend un sens, le choix de l’activité créative un autre sens. Dans mon passé créatif, j’ai tenu une boutique de bijoux, une boutique de scrapbooking, car je pensais qu’on attendait de moi, que je puisse transformer ma créativité en revenu.

Je me suis plantée. 2 fois. Principalement parce que j’appliquais des recettes marketing et que in fine, je ne trouvais pas de sens pure, véritable et de connexion avec moi-même et tout sonnait creux.

Mes plus beaux succès créatifs ont été en pointillé pendant plus de 10 ans : 

  • Animer un live TV national pour expliquer comment faire ses propres costumes d’Halloween : ça reste un de mes plus beaux souvenirs créatifs : j’ai performé, j’étais à l’aise, j’ai eu du fun, j’ai ri, je me suis amusée : connexion avec mon enfant intérieur, big win
  • Organiser Escapade Créative : les 2 fois, je me suis connectée à des femmes incroyables, l’émulsion du groupe, le hype énergétique, l’ouverture à ma créativité, big win une fois de plus
  • Remplir mon premier art journal : voir les pages se remplir avec facilité, exprimer ma créativité dans la joie, la simplicité, tant pis pour le pas beau.

6 astuces pour écouter sa créativité

Après plusieurs années à errer dans ma démarche créative, j’ai pu isoler 6 astuces pour qu’à ton tour tu puisses t’épanouir créativement. Car écouter sa créativité, ça revient simplement à ceci : s’épanouir personnellement et créativement.

Faire ce qu’on a envie de faire

Ça peut paraitre simple écrit comme ça mais ça ne l’est pas pour tout le monde. On subit de nombreuses influences et pressions que ce soit de la société, de la famille. Et les réflexions toxiques qui vont du “ça va, tu as passé l’âge de coller des paillettes” au fameux “c’est trop moche, ça ressemble à rien” castrent la créativité et son expression.

Petit à petit, on se formate pour répondre aux attentes et au sens esthétique des autres, sans prendre le temps de développer ce qu’on a envie de créer. 

Alors stop, créer est un acte de rebelion. Fait la révolution douce créative et crée ce que TU veux comme TU veux.

Transmettre ses connaissances

Pour moi la transmission des connaissances est essentielle et purement égoïste paradoxalement. Si nous sommes à plusieurs à créer avec les mêmes technique, je développe ma tribu créative. Des personnes avec qui j’aime et j’ai envie de créer. C’est aussi simple que cela.

Tenir un journal sur sa créativité

Ça c’est un petit nouveau cette année. Je me suis aperçue en faisant mon bilan créatif fin 2022, que j’avais tendance à créer pour le travail et plus forcément par plaisir. En utilisant des techniques de bullet journaling, et en tenant un journal léger sur ma créativité, j’ai corrigé ma tendance à ne créer QUE pour le travail, à créer plus souvent et par plaisir. Petit à petit ce journal s’est étoffé de mes créations, envies, et stock de matériel !

Définir clairement ses envies créatives pour ne pas succomber à l’objet brillant

Ah le fameux objet brillant, qu’il est facile d’y succomber. Il brille, et il est toujours plus beau que les autres. Moi qui aime tant les paillettes, ce n’est pas simple d’y résister : la dernière tendance créative, le dernier gadget tendance, une nouvelle couleur de paillettes. Bref mille et une raisons de succomber à la tentation.

Mais une fois que la folie de “la saveur du mois” est finie, je retourne toujours vers ce que j’aime faire à la base. Puis je culpabilise, parce que j’ai perdu du temps et de l’argent même si je me suis beaucoup amusée.

Alors, j’ai appris de mes erreurs. J’ai arrêté d’accumuler du matériel. J’ai défini mes envies et mon style créatif. J’ai tracé une ligne et lorsque j’ai envie de la franchir (parce que je suis humaine), je me demande si : 

  •  j’aurais vraiment encore envie de ceci ou de cela dans quelques semaines. Si la réponse est non, je ne succombe pas.
  • Ça se définit dans mon style, ou si ça pourrait le faire évoluer.

Prendre soin de ses outils et apprendre à les utiliser

Tu le sais certainement je suis contre l’achat exponentiel de matériel qu’il coute 1$ ou 100$. A mes yeux trop de matériel complexifie notre relation à la créativité.

Par contre, j’ai appris à prendre soin de mon matériel, de mes outils : nettoyés, bien rangés et surtout j’ai appris à bien les utiliser.

En apprenant à bien les utiliser on multiplie les possibilités d’usage et on vient nourrir son style.

Avoir confiance en sa voix créative

C’est plus facile qu’il n’y parait. Il suffit de comprendre et d’appliquer 2 principes.

Principe 1 : on commence tous au point 0

Que ce soit une nouvelle technique ou un nouvel outil, il faut apprendre, comprendre, tester, pratiquer, développer. Ça peut être rapide ou long, pas de pression.

En comprenant qu’on commence au point 0 on évite de comparer sa créativité à celle des autres, on est ni meilleure ni pire, on est juste débutante !

Principe 2 : nos envies évoluent

Il y a quelques semaines je me suis surprise à créer un ouvrage créatif complet de +8000 mots. Comme ça tout est venu simplement : j’ai écrit sur la créathérapie (as-tu téléchargé mon “petit” ebook à ce sujet ?), sur vivre slow, sur la ludicité de la créativité. Il y a quelques années un tel ouvrage aurait été orienté couture, confection de bijoux, rempli de DIY.

Nos envies créatives évoluent en fonction de nos vies, nos besoins, et tout ce qu’on traverse. A une époque j’avais besoin de reconnaissance, besoin de montrer ce que je savais, ça correspondait à mes blessures à un manque de maturité. Maintenant, ma vie est douce, harmonieuse, et c’est ce que j’ai envie de partager avec le monde et l’Univers, et ma créativité se retrouve douce et appaisée, orientée vers le bien-être.

Ecouter sa créativité, c’est comprendre sa créativité, mais aussi soi-même celle qu’on est vraiment à l’intérieure. L’expression créative est propre à chacun, à ses envies, ses besoins mais aussi à son développement personnel. Et toi ? Que te dit ta créativité ?

(Visited 29 times, 1 visits today)

Partager son avis et ses paillettes

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *